Slide # 1

Slide # 1

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 2

Slide # 2

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 3

Slide # 3

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 4

Slide # 4

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 5

Slide # 5

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

24/01/2012

Season Of The Witch (2011)



Il faut savoir pourquoi on regarde un film de Nicolas Cage. On regarde un film de Nicolas Cage parce que justement il y a Nicolas Cage dedans, voilà pourquoi. En tout cas, c'est la seule raison qui justifie le visionnage de ce ''Season Of The Witch'',connement appelé en français ''Le dernier des Templier'' sans doute pour donner un faux air de film d'aventure comme ''Le dernier des Mohicans'' ou le ''Dernier Samaritain'' ou le ''Dernier Samourai'' et j'en passe. Histoire de vous dire que les producteurs vous prennent vraiment pour le ''Dernier des Cons''. 

Le bon vieux Nic justifie sa dernière fiche de paye par le fait que l'action sort des sentiers battus en se déroulant pour une fois durant les croisades, ce dont attestent sa cape et son épée sur l'affiche. Le pitch en lui même est assez intriguant: Deux templiers sont priés (on leur laisse pas trop le choix non plus) d'escorter une Dam'zelle soupçonnée de sorcellerie et d'avoir causé une épidémie de peste meurtrière, vers une église spécialisée qui se chargera de la délivrer du mal. Enfin un truc comme ça. Je vous rappelle qu'à cette époque là il ne faisait pas bon être sorcière et que la sanction pour pareille injure était la pendaison. Oui, j'aurais moi même dit le bûcher mais bon. Alors pour corser le tout, la route est super longue et jonchée de dangers, idéal pour meubler le film et offrir des scènes de suspens/action/angoisse/rire et j'en passe. Par exemple: cette fille est elle vraiment une sorcière? le prêtre qui les accompagne est-il si sincère qu'il en a l'air? Le jeune puceau qui les accompagne est-il gay? (non je déconne j'ai inventé ça)... 

Alors pour faire bref, il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent dans ce film, il n'est pas assez bon pour être recommandable et il n'est pas assez mauvais pour être franchement amusant. Il se situe dans cette zone grise et aseptisée des productions à la chaine vite vues et vite oubliées. Je m'étonne encore qu'il ait eu droit à une sortie ciné tellement les décors et les effets spéciaux sentent le cheap. En plus même le casting n'a pas grand chose à foutre de ce qui peut bien se passer dans le film et ça se sent: personne n'est concerné et certains cachent à peine le fait qu'ils se font carrément chier. Pour ce qui est de Nic, il ne nous gratifie même pas de son numéro habituel du méga acting ni ses tics outranciers, il se contente d'être juste là et offre la prestation minimale syndicale. Ici il est Beamen (je sais pas quel genre de nom c'est mais j'étais pas là durant les croisades, alors peut être que c'était en vogue ces temps-là?) qui est un ''soldat de dieu'' c'est à dire qu'avec son pote Felson (Ron-Hellboy-Pearlman) ils zigouillaient avec plaisir tout ceux que l'église désignait comme hérétiques et donc ennemis de dieu (c'est un peu comme on traite les gens de gauche chez nous). En tout cas on montre bien dans le film que les deux amis sont des pros dans ce qu'ils font et qu'ils ne reculent devant aucun danger dixit cette réplique de Beamen à son camarade: ''Je prends les 300 à gauche et tu prends les 300 à droite'' (hahaha). Ils utilisent aussi d'autre répliques cool comme ''si j'en tue plus que toi, tu m'offre à boire'' et ''je suis là pour sauver ton cul'' et d'autres dans ce genre là, preuve que les auteurs ont fait un travail de recherche important pour coller au plus près de la réalité des répliques du 14ème siècle. La preuve il a juste dit ''offrir à boire'' et n'a pas spécifié quoi, alors qu'il aurait pu dire, ''tu m'offre une Heineken ou une Budweiser''. Alors bravo les auteurs. Bravo aussi au réalisateur Dominic Sena qui fait son travail en mode fantôme, lui aussi aux abonnés absents: Les scènes de bataille sont filmées comme un match de foot inter lycée, les effets dramatiques sont tellement faux qu'ils deviennent comiques et ainsi vogue le navire... Je me souviens avoir bien rigolé lors du moment ''crucial'' ou Beamen & Felson (tiens, ça aurait fait un joli titre ça) se rendent compte de l'aveuglement de l'église, pile lorsque le premier plante son épée dans la poitrine d'une jolie femme. Là on a droit au gros plan sur les yeux du tueur ''Oh Merde, mais qu'est ce que j'ai fait?'' et sur ceux de la victime ''Oh Merde, mais qu'est ce que t'as fait?''... Pour en rajouter, encore un gros plan sur un sol jonché d'enfants/femmes/vieillards morts de la même façon et nos deux compères qui se regardent en se disant: ''Finalement la guerre c'est pas bien...''  Tout ça dans un montage éclair de 2 minutes chrono. J'ai aussi bien rigolé lorsque Felson commence à faire des projets d'avenir et exprime le souhait de visiter le berceau de sa naissance et invite son compagnon à l'accompagner: Grosse Erreur, tout le monde sait qu'il ne faut jamais faire ça, ni même montrer une photo de sa femme et ses enfants, ni parler de retraite etc... C'est le meilleur moyen de se faire tuer avant le générique de fin, merde! (eh ben ouais, il est mort Feslon, tant pis pour le spoiler).
En tout cas Nicolas Cage n'est toujours pas sorti de sa spirale infernale de films à la chaîne, en attendant le prochain et en espérant que ce soit par pire...

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire