Slide # 1

Slide # 1

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 2

Slide # 2

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 3

Slide # 3

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 4

Slide # 4

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 5

Slide # 5

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

20/11/2014

Shock Waves - Le commando des morts vivants (1977)





Il ne faut pas dénigrer le nanar. Car le nanar a ceci de particulier qu’il arrive souvent à surprendre même les plus blasés. Dans quel sens, cela dépend du métrage et probablement du nombre de boissons alcoolisées qui accompagneront son visionnage. Le nanar sait aussi faire preuve d’un sens de la recherche assez pointu, allant vers des zones inexploitées jusque là et proposant des variations originales sur des thèmes galvaudés. Bien sûr, le Nanar ne serait pas nanar si cet effort de recherche n’était pas systématiquement gâché par toutes les caractéristiques du nanar que nous comprenons, aimons et chérissons, spécialement sur ces pages. Voici donc, comme pièce à conviction, Le commando des morts-vivants, objet filmique pas trop identifié qui nous propose des zombies teigneux, nazis et amphibiens, before it was cool.

Si l’idée d’un zombie nazi ne surprend pas aujourd’hui, notamment depuis Dead Snow, il en allait autrement dans les 70’s, époque de la réalisation de ce Commando des morts-vivants –ou Shockwaves, en VO, c’est plus swag-. Les seuls zombies connus alors étaient ceux de Romero, qui sortaient des tombes et n’avaient pas forcément d’opinion politique particulière - à moins que bouffer son prochain en soit une-. Le postulat est donc alléchant et l’affiche du film ne l’est pas moins, il ne fera cependant pas illusion très longtemps : dès les premières secondes qui nous donnent l’occasion d’admirer une qualité d’image super crapoteuse filmée par une caméra tremblotante, nous savons indubitablement à quoi nous avons affaire, un film d’exploitation au budget rikiki et au scénar aussi rachitique que bêtifiant. Des petits détails qui rebuteraient le spectateur lambda mais qui ne sauraient refroidir la volonté du nanardeux aguerri. Comment résister à cette scène d’intro aux plans serrés dignes d’un dvd de vacances d’été en Bretagne ? De ces lignes de dialogues crétines débitées par des acteurs aussi charismatiques qu’un frigidaire Arthur Martin ? C’est impensable.

Premier film de Ken Wiederhorn, sombre inconnu qui connaitra une brève reconnaissance en réalisant le raté Retour des Morts-vivants 2 avant de retomber dans l’anonymat, Shockwaves ne brille clairement pas par ses qualités artistiques. Plus encore que le manque de moyens financiers, c’est de l’amateurisme évident du réal dont pâtit cette entreprise : Sachant que les enjeux sont connus à l’avance –des naufragés tombent sur une île infestée de zombies et doivent sauver leur peau- un peu plus de la moitié de la bobine sera consacrée à la montée du suspense avec des personnages transparents qui explorent les alentours, sursautent au moindre bruit et posent des questions cons ici où là. C’est long, très long surtout quand on nous fait miroiter les scènes avec les morts vivants du titre qui déambulent dans les recoins sombres et montent le siège. Ce sont probablement les moments les plus réussis, leur aspect inédit fait mouche –combinaisons militaires, teint blafard mais pas pourri, lunettes de soudeurs- et les images de ces monstres sortant de l’eau sont suffisamment flippantes pour imprégner durablement la rétine. Mention spéciale pour la musique minimaliste de Richard Einhorn qui contribue à instaurer un semblant d’ambiance stressante et poisseuse à souhait.


Ce n’est qu’à la toute dernière partie du métrage, pile avant que nos paupières lourdes ne se referment pour de bon que les choses commencent à bouger et où le film se transforme en survival plutôt bien mené, mais pas follement excitant pour autant. Les scènes de poursuite et les attaques des zombies –notamment sous l’eau, pour rappel- donnent suffisamment de sueurs froides pour tenir la route jusqu’au générique final, mais causent une frustration énorme du fait de l’absence totale et scandaleuse du moindre effet gore. Ne comptez pas sur ces zombies pour une éviscération, une énucléation ou un démembrement sanglant quelconque –on attendra deux ans de plus et le Zombies 2 de Fulci pour ça- on se contentera de strangulations à mains nues tout ce qu’il y a de plus cordiales. L’hémoglobine, c’est connu, ça coûte cher et la production à déjà tout claqué dans les décors, alors...  En plus des ses zombies peu orthodoxes, Shockwaves assure dans la nanardise dans son côté fauché, ses répliques cons mais surtout dans son casting de bras cassés, réussissant même l’exploit de réunir sur cette même pellicule deux stars sur le retour : John Carradine et l’illustre Peter Cushing –vous avez bien lu- pris en flagrant délit de cachetonnage. Pour le premier, il faudra avoir le coup d’œil pour le reconnaitre : super mal en point et visiblement bourré tout le long de ses deux trois scènes tournées, son personnage disparaîtra dans les dix minutes suivant le début, dans l’indifférence totale. Le cas de Cushing par contre est celui qui porte le plus à rire –ou à pleurer c’est selon- puisqu’il se fend d’un rôle de savant fou à l’accent germanique à couper au couteau et fier concepteur de ces gentils monstres. Il est tout le temps filmé en solo, récitant ces tirades théâtrales dignes de l’âge d’or de la Hammer et qui tombent ici totalement à plat, puis disparaîtra lui aussi, tué des mains de ses propres abominations. Visiblement, ses scènes de tournage ont été bouclées en un jour max, puis distillées ici et là au montage, trop honteux peut être pour se salir plus dans cette histoire.

Shockwaves, Le commando des morts-vivants c’est donc de la Zéderie comme on l’aime, une bobine nanardesque joyeusement crétine mais qui vaut le détour pour ses zombies originaux et quelques moments horrifiques qui valent le coup d’œil. A réserver exclusivement aux fans du cinéma bis sous peine de se faire chier rapidement. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire