Slide # 1

Slide # 1

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 2

Slide # 2

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 3

Slide # 3

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 4

Slide # 4

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 5

Slide # 5

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

12/07/2012

Time Cop (1994)


En 2004, l'homme sait enfin voyager dans le temps. Mais comme l'homme peut être un sale enfoiré très souvent, une unité de contrôle dédiée (la TEC) a été spécialement créée pour prévenir que certains trous du culs en profitent pour foutre le bordel dans la continuité spatio-temporelle. Justement l'un de ses salopards est un politicien sans scrupules qui utilise ce procédé pour réunir assez d'argent afin de lancer et gagner une campagne présidentielle. Et pour commencer sur de bonnes bases, il explose la maison de Jean-Claude Van Damme, tuant par la même occasion sa femme. Et elle était enceinte, sa femme. Enculé. 


J'aime beaucoup Peter Hyams, je suis très fan de son travail et je trouve qu'il est l'un des réalisateurs les plus sous estimés du milieu et c'est bien dommage. Presque tout le monde dénigre des oeuvres comme Outland, La nuit des Juges, Presidio ou encore Relic et End Of Days , mais pourtant il s'agit là d'un excellent artisan de ''petits grand'' films, nerveux, carrés et très classes grâce notamment à son remarquable travail sur la photographie. Sa rencontre avec Jean Claude Van Damme donnera lieu au meilleur (ici) comme du pire (Sudden Death). 

Time Cop reste à ce jour le plus gros succès de JCVD et a depuis développé un statut de culte (ainsi que d'une suite et d'une série Tv avortée). Fidèle à lui même Hyams signe un petit film qui ne révolutionne pas le genre, mais qui offre un spectacle correct qui garantit aux fans ce qu'ils attendent en bastons et fliguages à répétition. JCVD y est décidément très en forme et offre une performance relevée, même en veuf éploré qui essaye d'oublier la mort de sa femme. Il évolue ici dans son élément et en profite pour nous offrir deux grand- écarts dans un même film, dont un qui est rentré dans les anales: le grand écart en slip sur deux établis de cuisine! une prouesse jamais égalée depuis dans l'histoire du film d'action (tu m'étonnes). Le festival des Vandammeries ne s'arrête pas là puisque nous avons droit à cette scène super importante dans le film ou il stoppe net un voleur de sacs en rollers rien qu'avec sa jambe tendue en l'air devant sa gueule. Ça c'est de la dissuasion! Et puisqu'on est encore à la première moitié des 90's, il n'oublie pas l'humour en toute occasion et souvent forcé, en balançant des répliques bien senties avant chaque coup de boules, même lorsque sa femme vient de se faire tirer dessus devant ses yeux. Ah oui, il montre aussi ses fesses et y'a même la thématique fétiche de l'acteur avec deux JCVD's en même temps. C'est pas cool ça? 

Malgré toutes les qualité du film, je n'ai jamais été un grand fans de TimeCop, bien que grand admirateur de JCvd et de Hyams. La faute un peu à ce scénario un peu trop compliqué pour rien et qui n'essaie pas de se dépasser pour offrir une vraie réflexion sur le voyage dans le temps, la rédemption... Je ne sais pas trop, mais moi si j'avais vu ma femme partir en flemmes avec toute ma maison et que je bossais dans une agence de voyage dans le temps, j'attendrai pas dix plombes pour revenir la sauver, malgré tous les dangers que ça représente. D'ailleurs, en parlant de ça, je trouve aussi dommage que -comme pour Universal Soldier- tout le potentiel SF ait été laissé de côté au profit de l'action certes efficace mais un peu monotone comparé à ce qui se faisait à l'époque.  

Au final Time Cop sauve la mise grâce à une réalisation efficace d'un artisan de l'action et surtout grâce à un Jean Claude Van Damme qui se donne à 100% pour son rôle et qui offre une de ses meilleurs prestations pour ce qui reste encore son plus gros succès au box office. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire