Slide # 1

Slide # 1

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 2

Slide # 2

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 3

Slide # 3

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 4

Slide # 4

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 5

Slide # 5

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

18/07/2012

Knock Off (1998)


Marcus Ray est représentant de jeans à Hongkong, mais il est en réalité un agent spécial. Il découvre que la mafia russe et chinoise fomentent un complot pour mettre sur le marché des micro bombes, mais Marcus a un autre problème, il est accusé d'être au centre d'un trafic illégal de jeans. Fallait pas faire du business en Chine mec!


Qui l'eut cru? A peine un an après Double Team, le duo Tsui Hark/Jean-Claude Van Damme se reforme pour une nouvelle collaboration encore plus frappadingue que la précédente. Car oui, c'est possible: on peut faire plus confus et  joyeusement bordélique que Double Team, et pour preuve! 

''Knock Off'' appelé connement en français ''Piège à Hong Kong'' se traîne lui aussi une sale réputation de film bâclé et brouillon, et ce n'est pas totalement faux. Cette fois Tsui Hark, conscient que l'aventure US est bel et bien finie pour lui décide de tenter un dernier baroud d'honneur et faire un immense bras d'honneur aux producteurs américains  en réalisant cette pochette surprise, véritable bombe à retardement fantaisiste qui dynamite tous les codes du genre (bien plus que dans le précédent film) débordant d'énergie et d'inventivité. Tsui Hark pousse tellement les manettes à fond qu'on se demande réellement s'il n'essaye pas volontairement de saboter son propre film et frôler le suicide artistique (en tout cas il a bien réussi puisqu'il a engrangé des recettes et des réactions bien pires que celles de son précédent long métrage). Ici, les explosions sont vertes,  les courses poursuites sont filmées à hauteur des pieds, le scénario est digne d'un James Bond des 60's, le placement de la caméra n'obéit à aucune règle, ni même le schéma narratif. Bref: du délire!

Malheureusement, le premier dommage collatéral ici c'est Jean Claude Van Damme lui même, qui s'en prend plein la gueule de la première minute à la dernière seconde et joue à se ridiculiser en permanence dans chaque plan (voir cette scène ou Rob Schneider lui fouette les fesses avec une anguille, WTF). Là non plus, difficile de savoir s'il le fait intentionnellement ou pas et s'il est conscient de se faire tourner en dérision par son réalisateur. Probablement pas parce que de son propre aveu, la star était au pic de sa dépendance à la coke où il avait le nez collé tout au long du tournage. Mais pourtant, il arrive à tirer son épingle du jeu grâce au ton délibérément loufoque du film et aux multiples acrobaties/cascades qu'il effectue au fil de péripéties rocambolesques et de situations cocasses, pour preuve cette course en Pousse-Pousse totalement hallucinante ou la caméra du réalisateur s'infiltre jusque dans la chaussure de JCVD et cette réplique qui tue: ''Puma, ça prend un seul M" . Là aussi les combats sont chorégraphiés par Samo Hung et donnent lieu à des bastons anthologiques notamment  celle au bord du bateau ou le héros dézingue ses adversaires par glissades et high kicks. Dommage qu'on lui ait collé un sidekick aussi énervant que ce crétin de Rob Schneider, comme si le film n'était pas assez humoristique comme ça. 

Knock Off, malgré sa sale réputation constitue pour moi une pépite du cinéma d'action des années 90's et l'un des meilleurs Van Dammes (non, je suis sobre, je le jure). Comique, déjanté, avec une idée par image, mais c'est clair qu'il n'a rendu service à personne, ni son réalisateur qui est reparti chez lui pour signer de vrais chefs d'oeuvre qu'il sait faire, ni à son acteur principal qui préfère oublier cet épisode et essayera de sauver une carrière qui prend l'eau de plus en plus. A redécouvrir de toute urgence. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire