Slide # 1

Slide # 1

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 2

Slide # 2

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 3

Slide # 3

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 4

Slide # 4

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 5

Slide # 5

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

22/11/2010

L'anthologie du film con - Bangkok Dangerous (2008)


Dans ''Bangkok Dangerous'', Nicolas Cage se balade à Bangkok, tire sur des gens, conduit presque exclusivement des motos, fait des yeux en silence et parle en voix off tout au long du film au cas ou vous auriez pas compris ce qu'il est en train de faire.

Depuis ses difficultés financières, je ne m'étonne plus de voir Nicolas Cage dans un film sur trois qui sortent en salles. Si on ajoute à ça son problème de calvitie galopante, on lui pardonnera facilement ce faux pas supplémentaire... Il en a fait des pires (de films et de coupes de cheveux).

Dans ce film là, qui pourrait s'appeler ''The Hitman's Movie for Dummies'' tous les poncifs du tueur à ''Cage'' sont au rendez-vous sans aucun plus: Joe/cage est un tueur solitaire, froid et méthodique qui ne s'embarrasse pas de bagages ni d'attaches roule sa bosse partout où ses services létaux sont demandés et ne se pose jamais de questions (Je le sais parce qu'il le dit en même temps en voix-off). Pourtant dès qu'il mets les pieds à Bangkok il commence à enfreindre ses propres règles une à une (les fameuses ''Rules" du tueur). Je sais pas, ça doit être la bouffe thaïlandaise ou la météo ou un truc de ce genre, en tout cas le type commence à faire ami-ami avec un pic Pocket, se met en tête de lui apprendre son métier (et vas-y que je te sers le célèbre montage du training), risque tout pour lui venir en aide, s'éprend d'une jolie pharmacienne muette qui lui fait découvrir le bangkok by night. Il croisera même un éléphant en pleine rue, scène visiblement importante dans le film puisque Joe/cage en lui tapotant la tête et le nourrissant de banane s'arrête un moment et contemple le vide avec un regard à la... heu...Nicolas Cage. Genre: ''Hmm.. cet éléphant me fait venir des pensées profondes''. Puis, à cause de l'éléphant ou pas, toutes les merdouilles qu'on est en droit d'attendre de ce genre de scénario arrivent (et oué). Les états d'âme, les hésitations et surtout surtout le ''Un dernier contrat et je me casse'' LE truc à ne pas faire quand vous êtes un tueur à gage! (regardez ''Assassins'', merde).
Vous me direz que quand on regarde un film d'action, on n'est jamais trop regardants pour le scénario, ce n'est pas faux. Mais sur ce registre aussi le film foire dans les grandes largeurs, avec son envie de de se la jouer stylisée, effets ralentis, gros plans sur les yeux bleus du petit Nicolas... La vérité c'est que l'action dans ce film d'action est beaucoup trop mollassonne et plate pour divertir un tant soit peu et faire diversion sur le ratage général. Je ne comprendrai jamais pourquoi avec tous ces moyens mis en place, on puisse encore avoir ce genre de bouses qui laissent sur sa faim et limite tapent sur le système.
Tu fais chier Nicolas Cage!!!

Un point intéressant cependant: Le film possède une fin alternative que je ne raconterai pas, mais qui avait au moins le mérite de donner plus de couilles à l'oeuvre. Il semblerait donc que la loi du marketing ait eu raison du scénario initial et que le tout ait été pré-mâché pour une audience US à majorité crétine. J'aime à croire que c'est cette version qui a motivé le choix de Cage et des réalisateurs, trop confiants dans le système hollywoodien.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire