Slide # 1

Slide # 1

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 2

Slide # 2

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 3

Slide # 3

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 4

Slide # 4

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 5

Slide # 5

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

30/01/2015

Le Flic de Beverly Hills 2 (1987)


Le policier Axel Foley retourne à Beverly Hills pour aider ses amis et collègues Rosewood et Taggart afin de mettre en échec une bande de criminels qui commettent des hold-up sanglants et qui ont tiré sur l'inspecteur Bogomil. Il va se heurter à un dangereux gang de braqueurs et mené par la sexy mais létale Karla Fry. 

En 1984, Le flic de Beverly Hills sortait de nulle part et avait cartonné en force au box office lançant sur orbite la carrière D'Eddie Murphy par le biais d'un personnage qui lui collera pour toujours à la peau, le sympa est frappadingue ''Axel Foley''. Ce premier film fut non seulement un hit commercial mais un véritable phénomène de pop culture des années 80's, surtout avec sa musique de générique qui fit les beaux jours des radios Fm. Si ce deuxième volet de la trilogie n'a pas eu le même impact (commercial et culturel) il n'en demeure pas moins une étape importante dans l'évolution du cinéma d'action US et amorce déjà le virage des 90's. 

Avant d'être le deuxième volet de la franchise, Beverly Hills Cop 2 est surtout le troisième film (seulement) de feu Tony Scott après les Prédateurs et le méga succès de Top Gun, sa deuxième collaboration avec Jerry Bruckheimer/Don Simpson en tant que producteurs, ce qui scellera une entente de plus de 30 ans. Scott invente littéralement avec ce film le prototype de l'actionner estival buriné et hyper stylisé et définit en quelques plans ce qui restera sa marque de fabrique, reconnaissable entre mille, qu'il appliquera à tous ses films jusqu'à ''Ennemy of the State'' en 1998, année ou il perdra peu à peu les pédales et ou ses films deviendront un foutoir frénétique et illisible. 


Dès l'affiche, le style est donné avec cette teinte de ciel orangé et fond noir. Typique, tous les films de Scott et même des prods Bruckheimer l'utiliseront à l'infini, créant ainsi le prototype du Blockbuster estival par excellence. La recette est simple: De belles grosses cylindrées, de gros flingues chromés qui luisent au soleil (on pourra s'muser à les compter dans ce film) et surtout de belles gonzesses taillées dans le marbre (idéalement qui conduisent de belles grosses cylindrées et tirent avec de gros flingues chromés). Jackpot ici, puisque la principale attraction de ce film n'est pas tant Eddie Murphy mais la sculpturale Brigitte Nielsen, filmée amoureusement de toute sa hauteur, en tailleur strict et talons hauts. On l'oublie souvent mais à l'époque, la belle actrice était une sensation incontournable des grosses productions (Red Sonja, Cobra, Rocky 4...) -vachement aidée par son mariage avec un certain Sylvester Stallone.  Elle incarne ici une tueuse implacable et sexy qui donnera bien du fil à retordre à Axel Foley. 


Cette deuxième mouture, à mon sens la meilleure de la série, garde finalement les mêmes ingrédients que l'original oscillant entre les scène d'action et les numéros de comédie de Murphy. Seulement vu que nous sommes chez Tony Scott, la subtilité on oublie et on pousse les manettes à fond avec un résultat qui force le respect encore aaujourd’hui Les vannes de Murphy prennent évidemment plus d'ampleur -à la hauteur de sa starification de l'époque- dont beaucoup sont effectivement super poilantes. Il en profitera même pour donner un petit rôle à un jeune collègue de la stand up comedy, Chris Rock (avant qu'il ne devienne le casse couille geignard que l'on connait). Pour le reste, très peu à changé y compris les acolytes de Foley, Judge Reinhold en tête qui fait toujours son numéro de flic légèrement attardé.  Le vrai maître à bord, forcément c'est feu Tony Scott qui donne toute l'étendue de son talent d'auteur d'images et de spécialiste du film d'action détonnant. Il met en image dans cet épisode de superbes scènes d'action nerveuses, funs et explosives avec un réel sens du rythme. On pourra polémique à l'infini sur son impact réel sur le cinéma d'action moderne, mais une chose est sûre, il aura été l'un des artisans les plus doués de l'action, malheureusement consumée trop vite par sa propre frénésie. 

Beverly Hills cop 2 reste encore aujourd’hui un des meilleurs films d'actions des 80's et un produit très représentatif de son époque dont l'héritage continue de se faire sentir dans les blockbusters actuels. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire