Slide # 1

Slide # 1

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 2

Slide # 2

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 3

Slide # 3

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 4

Slide # 4

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 5

Slide # 5

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

04/06/2012

Peggy Sue Got Married (1986)


Peggy Sue (Kathleen Turner) vient de se séparer de son mari et ancien amour de lycée Charlie (Nicolas Cage) qu'elle a épousé juste après l'obtention du diplôme. Conviée à une fête de réunion d'anciens élèves elle retrouve tous ses vieux camarades du lycée, vingt cinq ans plus tard et en profite pour leur raconter ses griefs et ses désillusions. Et quand elle est désignée encore une fois reine du bal, elles succombe à l'émotion et s'évanouit, pour se réveiller au printemps 1960, sa dernière année de lycée. Croyant d'abord à une farce, elle se rend compte peu à peu qu'elle a bel et bien voyagé dans le temps. 

Peggy Sue Got Married revêt tout d'abord une valeur historique puisqu'il marque le début de plusieurs acteurs qui exploseront à peine quelques années plus tard, le premier étant Nicolas Cage, mais aussi Jim Carey, Joan Allen ou encore Helen Hunt et Sofia Coppola (mais elle, ce sera pour d'autres raisons). D'ailleurs il est assez amusant de jouer à "devine qui c'est" tellement les acteurs paraissent jeunes (et jeunifiés pour les besoins du film). Il constitue aussi une petite curiosité dans la filmographie de Francis Ford Coppola, qui renoua avec le succès (qu'il n'avait pas connu depuis Apocalypse Now). Curiosité car à priori on voit mal Coppola faire dans la comédie légère... heu... enfin c'était avant 'Jack' quoi. 

Pourtant le réalisateur s'en donne à coeur joie dans ce qu'il sait faire le mieux, reconstituer fidèlement une époque emblématique des USA jusque dans les moindres détails. Comme toujours il sait comme personne capturer l'essence de cette époque, la fin des 50's avec son Rock'n'roll, ses coupes de cheveux laquées, ses voitures clinquantes et ses drive-ins à la belle étoile. Les décors, costumes et la bande son sont proprement le point fort du film et la reconstitution est méticuleuse comme on s'y attendrait de la part de Dean Tavoularis, fidèle collaborateur de Coppola depuis des années. Ce dernier mélange tous les ingrédients nécessaires pour offrir un spectacle en phase avec son sujet: de la romance teintée de nostalgie, des rires, des larmes et un doux sentiment de désuétude qui plane tout au long de l'oeuvre. Ce cocktail se révèle assez plaisant, voir même suffisamment efficace pour faire oublier les faiblesses du scénario et les redondances qui jalonnent le film à plusieurs reprises (le jeu du ''je t'aime/je te quitte" entre Peggy et Charlie est gonflant à la longue). Par contre, je ne sais pas si c'est l'effet 80's, mais je n'ai pas compris la retenue dont fait preuve Coppola dans le traitement de son sujet et sa volonté de se cantonner à la surface sans jamais aller au fond de sa pensée.
Personnellement je ne peux pas croire que Coppola n'ait pas été tenté de faire le rapprochement entre son personnage principal, jeune belle et naïve et entre le portrait de l'Amérique à cette même époque. Peggy Sue  avait tout l'avenir devant elle et se préparait à une vie pépère et bien rangée avec son jeune amoureux pour les année à venir. L'Amérique de la fin 50's aussi se sentait pousser des ailes et était prête à conquérir le monde. Pourtant, le futur sera moins rose que prévu pour les deux: la mariage idéal de Peggy Sue part en couilles ainsi que tous les idéaux de la jeune Amérique qui entrera plein pied, pile un an plus tard, dans le merdier de la guerre du Vietnam. Peggy a vu connait bien son avenir et essaye de le modifier tout au long du film, mais c'est comme si Coppola ne voulait absolument pas interférer avec la légéreté du ton de son film par des considérations politiques qui nous prendraient la tête... Ce doit être l'effet cinéma 80's: pas trop réfléchir s'il vous plait. N'empêche, j'ai trouvé ça vraiment dommage de passer à côté de ce message. En plus ce n'est pas comme si le film avait une intrigue particulière et le potentiel comique qui aurait pu découler des anachronismes n'est pas vraiment exploité à 100%, mis à part les scènes avec le surdoué du lycée qui deviendra millionnaire grâce à ses révélations.

Malgré tout ''Peggy Sue Got Married'' reste un agréable film à redécouvrir et qui bénéficie de tout le savoir faire du grand Coppola mais surtout pour la performance rayonnante de Kathleen Turner qui porte sur ses épaules tout le film. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire