Slide # 1

Slide # 1

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 2

Slide # 2

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 3

Slide # 3

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 4

Slide # 4

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 5

Slide # 5

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

21/04/2011

The Crazies (2010)

The Crazies, comme la majorité des films d'horreur qui sortent ces 5 dernières années, est un Remake. De toute façon si ça n'avait pas été un remake ça aurait été une suite, ou un préquel, ou un Reboot ou une suite du prequel du reboot du remake (ne rigolez pas, c'est déjà arrivé sur ''Massacre à la tronçonneuse, le commencement (2006)).
Cette fois il ne s'agit pas du remake de n'importe quelle bouse, mais bien d'un des films très méconnus du grand George A Romero datant de 1973, l'un de ses rares films à ne pas traiter de zombies... Non, attendez... ce n'est pas très vrai, The Crazies traite un peu de Zombie... Dans un sens...
Le pitch est encore une fois aussi simple qu'un sms: A Ogden March, patelin perdu des USA, un cargo de l'armée se crashe dans la rivière et déverse une saloperie comme seuls savent en fabriquer les yankees, polluant ainsi l'eau potable de la ville. Peu à peu, les habitants commencent à faire des trucs curieux comme déambuler dans la rue sans raison, répéter la même phrase encore et encore, regarder à travers vous, foutre le feux à leur maisons (avec une femme et un gosse à l'intérieur), empaler des gens avec une fourche à foin... Des trucs comme ça vous voyez... Alors là le Sheriff commence sérieusement à se douter que des trucs pas nets se passent dans sa juridiction. Tu m'étonnes.

A sa sortie en 1973, l'original avait été boudé par le public et négligé par la critique, probablement parce que personne n'avait supporté la parabole sur le gouvernement U.S post guerre du Vietnam. Mais au fil des ans le film a développé un culte qui lui a valu une reconnaissance tardive dans le milieu. Et si, comme dans tous les remakes, la métaphore tombe à plat, la faiblesse est ici compensée par l'efficacité de l'écriture (supervisée par Romero lui même) et de la réalisation, rendant cette mouture de 2010 une excellente surprise, alors qu'on n'en attendait pas forcément grand chose.
Plus haut j'avais dit que le film traitait un peu de zombies. Ce n'est pas vraiment les cas puisque suite à la contamination, au lieu d'être des morts vivants les habitants son plutôt des vivants morts. Et grâce à cette différence, le scénario s'affranchit de certaines limites imposées par le genre du Zombie. A cause de ce virus, les gens ne bouffent pas les intestins des autres, mais sont autrement plus violents. A l'inverses des ''légumes'' mort-vivants, The crazies sont froids, réfléchis et calculateurs et donc fatalement plus dangereux, et ne sont pas les seuls. L'armée qui débarque en pleine ville pour contenir la contamination commence à tirer sur les habitants à vue, laissant les protagonistes entre deux feux. Le réalisateur tire le maximum de ce fait et le film y gagne beaucoup en intensité: contrairement aux produits d'horreur courants, ce ne sont pas tant les scènes sanglantes qui font la force du film (il y en a finalement peu) mais plutôt la tension et la paranoïa rampante qui l’imprègnent: Est-il/elle contaminée ou juste un peu nerveuse? il fait chaud ici ou c'est moi qui balise? j'ai bu de cette foutue flotte ou non? A qui je vais faire confiance si le gouvernement lui même veut ma peau???
The Crazies 2010 est un solide thriller horrifique qui tient parfaitement ses promesses et qui n'a pas peur de prendre le taureau par les cornes pour vous en donner pour votre argent.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire