Slide # 1

Slide # 1

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 2

Slide # 2

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 3

Slide # 3

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 4

Slide # 4

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

Slide # 5

Slide # 5

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts Read More

18/10/2010

Mission Impossible 2 (2000)


Keskecé:

Neutraliser un virus mortel en sautant d'un helico vers un gratte ciel de haute surveillance, mettre fin aux agissements d'un dangereux terroriste dans un duel en moto, séduire la belle demoiselle dans une course poursuite à 200 à l'heure sur une route en lacets, le tout en 2H05 ....et avec le sourire. Impossible?

En anglais ça se prononce Em Aille Touuu:

Généralement lors des promos et interviews, les acteurs/producteurs nous servent toujours cette vieille connerie du ''Pour ce 2 ème volet on a voulu faire très différent du premier...''. Eh ben là vous savez quoi? Bah ils ont fait très différent du premier.
Pour profiter pleinement de ce MI-2 et s'y rincer les mirettes, il faut accepter dès le départ qu'on n'est pas chez n'importe qui, on est chez John Woo. C'est ce qui fait toute la différence.
Car Woo est un homme d’action et un solide technicien. Il ne fait généralement pas dans la dentelle et il est très célèbre pour ses Gunfights réglés au millimètre… Point de psychologie ici donc (tu te crois encore chez Depalma ou quoi?), le scénario est d’ailleurs très simpliste (je prends la fille, je tabasse le méchant, je neutralise le virus) mais des scènes d’action très peu probables (mais qu'est ce qu'on en a à foutre!) à couper le souffle, le tout mettant en valeur la star du film, Mister Tom Cruise (producteur Oblige) sourire collé aux lèvres même avec une balafre à la joue. Notons à ce propos le record du monde de la guérison la plus rapide d'un coup de lame sur la joue, et sans cicatrice svp! (impossible? Lis le titre du film, crétin).
Nous apprenons d'ailleurs plein de petits trucs sur Tom dans ce film. Par exemple, pour séduire une demoiselle, Tom lui rentre directement dedans avec une Porsche 911 (et elle adore ça la cochonne).
Pourtant il serait assez injuste – quoique bien légitime – de réduire ce Mi2 à un simple blockbuster estival car il s’inscrit indéniablement dans la continuité de la filmographie de Jhon Woo. Même si ce n’est pas vraiment son meilleur, on y retrouve tous ces thèmes fétiches comme l’amitié, la trahison du code d'honneur, la permutation entre bons et méchants (thème exploité à fond dans son Face off) et surtout les colombes blanches qui volent toujours là ou il y a des coups de feu. Dans ce film comme dans tous ses autres, Woo est toujours plus intéressé par les relations entre ces personnages que par l’action elle même. La violence dans ses films est toujours un outil, jamais une finalité.
Mission impossible est peut être un film mineur, une daube diront certains, mais qui reste largement au dessus de la moyenne. Et très peu de réalisateurs peuvent se targuer d’avoir fait un produit de divertissement aussi carré, efficace et personnel… alors pourquoi bouder son plaisir ?

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire